jeudi 26 janvier 2017

La bâtarde d'Istanbul - Elif Shafak


Elif Shafak est une auteur turque. Je l'ai découverte avec Lait noir qui m'avait marquée et qui reste l'un de mes livres préférés. Elle y aborde le thème de la dépression post-partum mais également la place de la femme en littérature.
J'ai également lu Soufi mon amour qui reste un bon souvenir de lecture et je continue ma découverte de cette auteur avec l'un de ses romans les plus connus : La bâtarde d'Istanbul.
   
Le roman se déroule majoritairement à Istanbul, d'ailleurs on sent que l'auteur essaye de nous faire découvrir l'âme de cette ville.
C'est un roman de femmes, il y a effectivement très peu d'hommes et quelle belle galerie de personnages !

D'un côté la famille Kazanci, sous le même toit cohabitent 4 générations de femmes. La bâtarde c'est Asya, adolescente, elle a perdu ses illusions et étouffe dans sa famille, elle n'a aucune idée de qui est son père et vit avec sa mère et ses tantes, sa grand-mère et son arrière grand-mère atteinte d'alzheimer.

De l'autre Armanoush, 21 ans, elle vit aux Etats-Unis, issue par son père d'une famille arménienne qui a fuit la Turquie lors du génocide dans les années 20. A la recherche de ses origines, elle se rend en Turquie et sera hébergée chez les Kazanci.

Avec le résumé de la 4e de couverture, je n'étais pas tellement avancée et j'ai mis plusieurs chapitres avant d'avoir une idée précise des personnages et des liens entre eux.
Mais ça ne m'a pas dérangée, au contraire, ça a piqué ma curiosité.
   
Ce roman est vraiment une pépite, déjà de part sa galerie de personnages hauts en couleur, profonds, bien loin de tous les clichés. Riche également par l'histoire et les thèmes abordés.
Il y est question du génocide arménien et notamment de la rancœur que conservent les Arméniens exilés contre les Turques.
Peu à peu, nous pénétrons les secrets de famille et les liens entre la famille d'Armanoush et celle d'Asya.

J'ai énormément aimé cette lecture, j'y ai appris beaucoup de choses sur la Turquie, les Arméniens, leur mode de vie. L'écriture de Elif Shafak est belle et envoûtante, son histoire riche et profonde.

Suite à l'écriture de ce livre, Elif Shafak a risqué 3 ans de prison pour atteinte à l'identité turque, heureusement elle a été relaxée.
   
Elif Shafak s'impose comme l'un de mes auteurs favoris et je suis vraiment contente d'avoir encore plusieurs romans d'elle à découvrir, notamment Bonbon palace et Crime d'honneur dans ma wish list bien évidemment.

Cette lecture compte pour mes challenge ABC et Bookisney

2 commentaires: