lundi 8 janvier 2018

Le restaurant de l'amour retrouvé - Ito Ogawa


Rinco, une jeune japonaise de 25 ans vient d'être abandonnée par son petit ami, il ne l'a pas seulement laissé tomber, il est parti sans prévenir emmenant tout ce qui était dans leur appartement, y compris ses affaires à elle et ses précieux ustensiles et ingrédients de cuisine qu'elle conservait avec passion et dont certains étaient très couteux.
Anéantie, elle se réfugie chez sa mère avec laquelle pourtant elle ne s'entend pas, mais quelque chose en elle s'est brisée et la parole l'a quittée, elle ne peut plus dire un seul mot.
La cuisine étant la seule chose qu'elle sache faire, avec art et dévotion, elle décide d'ouvrir un petit restaurant.

Ce livre est d'une douceur incroyable, il s'y passe peu de choses, mais on chemine avec Rinco, on découvre sa cuisine, ses plats uniques qu'elle prépare en fonction de la personne qui va le manger.
Avec Rinco hors de question de remplir une salle, non, elle cuisine pour quelques personnes seulement.
Sa façon de cuisiner, comme si chaque aliment était vivant, de sélectionner le meilleur, de s'investir totalement, c'est beau et touchant.

C'est vraiment une très belle lecture, le parcours d'une reconstruction, mais aussi l'histoire d'une mère et d'une fille qui ne se sont jamais comprise.
Une belle découverte, je lirai d'autres romans de cette autrice, notamment le jardin arc-en-ciel et ruban, car j'ai aimé sa plume, toute en poésie et simplicité.
Néanmoins ce n'est pas un coup de coeur, car j'ai trouvé quelques petites longueurs sur la fin.

Cette lecture était pour le thème de novembre du challenge des 12 thèmes : un livre dont l'action se passe en Asie.
D'ailleurs l'édition 2018 de ce challenge a été lancée et je me suis réinscrite avec grand plaisir.

2 commentaires:

  1. Je crois n'avoir jamais fait d'incursion dans la littérature asiatique, mais je ne sais pas pourquoi, ça ne m'a jamais particulièrement attirée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en lis de temps à autre, principalement sur le Japon. Mais il faut admettre que les différences culturelles font que parfois c'est dur de s'y retrouver. Ca dépend des auteurs bien sur.

      Supprimer